Tension de bande d'un convoyeur

Avant de mettre en route le convoyeur, il faudra que l'utilisateur contrôle la tension de la bande. Pour cela, le respect des différentes étapes est primordial. Un essai peut être nécessaire en mettant en route l'installation, après avoir pris soin de remonter toutes les protections et évacuer tous les objets étrangers tels que les outillages, les pierres, le lest, etc.

Tension de bande : les étapes à suivre

Avant toute intervention, il est nécessaire de stopper les installations après avoir pris connaissance de la procédure d'intervention dans les zones et les organes dangereux. Le réglage de la tension doit être fait lorsqu'un patinage sur le tambour d'entraînement a été constaté sauf si le garnissage caoutchouc du tambour d'entraînement est usé ou défectueux.

Pour modifier la tension de la bande, il faudra desserrer les contre-écrous des tiges de tension des blocs de tension du tambour de pied.

C'est une histoire de parallélisme entre les deux axes de la bande. Si le brin de gauche est moins tendu que celui de droite cela entraine une dérive, d'un côté ou de l'autre. 

Il est possible de réitérer les opérations de tension si cela est nécessaire.

Comment choisir la classe de la bande transporteuse ?

La définition de la bande transporteuse dépend directement des produits à manutentionner et du débit de l’installation.Il existe de nombreuses qualité de bande :

  • Caoutchouc
  • Polyuréthane
  • PVC
  • Toile
  • Inox

Parmi cette diversité de matériaux, il est possible d’affiner son choix avec un traitement spécial :

  • Collage de chevrons – tasseaux pour une manutention de produits en vrac avec une forte inclinaison
  • Bandes résistantes aux huiles et graisses pour préserver la trame textile de la bande caoutchouc des produits huileux, collants ou agressifs
  • Protection spéciale contre la chaleur
  • Protections Atex et normes silo
  • Bandes perforée pour la manutention de produits à égoutter

Comment faire le choix du réducteur pour bande transporteuse ?

La définition du réducteur passe par un calcul de débit. Il faut déterminer la longueur du convoyeur à bande, son inclinaison, la largeur de la bande, et le débit souhaité.

En fonction de ces éléments, une puissance minimum de motorisation est calculée et le réducteur et défini en fonction de la vitesse de rotation du tambour d’entrainement.